Vous êtes ici :

Préventions sur la sécurité routière

Préventions sur la sécurité routière

NOUVELLES MESURES DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE à compter du 1er juillet 2015

Interdiction du port d’écouteurs, oreillettes ou casques audio en conduisant 

Comme annoncé par le ministre de l’Intérieur, Bernard CAZENEUVE, dans le plan d’action pour la sécurité routière, à compter du 1er juillet 2015, il sera interdit aux conducteurs de porter à l’oreille tout dispositif susceptible d’émettre du son. 

En effet, l’usage du téléphone au volant est devenu une pratique banale mais qui reste toujours aussi dangereuse. Il est pourtant responsable d’un accident corporel sur 10. Il a par ailleurs été prouvé que le conducteur enregistre entre 30 et 50% d’informations en moins sur la route lorsqu’il est au téléphone provoquant alors un impact négatif sur la bonne exécution des tâches nécessaires à la conduite. 

Il sera désormais interdit à tous les conducteurs (de voiture, de camion, de moto, de cyclo ou de vélo) de porter à l’oreille tout dispositif susceptible d’émettre du son (conversations téléphoniques, musique, radio). 

Restent tolérés en conduisant les systèmes montés dans les véhicules ou dans les casques de moto, c’est-à-dire sans que l’on porte dans l’oreille, ni que l’on tienne en main l’appareil. 

Sanctions encourues en cas de non-respect de ces règles :une amende de 135 € et la perte de 3 points sur le permis de conduire. 

Désormais c’est 0,2 g d'alcool par litre de sang

A compter du 01 juillet 2015, le taux d’alcool autorisé est 0,2 g/l pour tous les permis probatoires. Les accidents de la route sont 
la 1ère cause de mortalité et de handicap des 18-25 ans et dans un 1/4
 de ces accidents, une alcoolémie excessive en est la cause. Un conducteur novice a 4 fois plus de risques d’être impliqué dans un accident mortel. Les conducteurs novices sont impliqués dans 24% des accidents mortels. 

La réglementation s’applique à tous les jeunes conducteurs pendant :
 

0.2 g/l, c'est zéro verre d'alcool car dès le le 1er verre, ce seuil peut-être dépassé. 

Sanctions encourues en cas de non-respect de ces règles : 

L’alcool au volant : réglementation et effets

La réglementation

Le conducteur est en infraction s'il conduit avec un taux d'alcool supérieur ou égal à 0,5 gramme par litre de sang ou 0,25 mg par litre d'air expiré. 

La loi - les sanctions

Conduire avec un taux d'alcool compris entre 0,5 et 0,79 gramme par litre de sang (ou 0,25 à 0,39 mg par litre d'air expiré) constitue une contravention : 

Conduire avec un taux d'alcool supérieur ou égal à 0,8 gramme par litre de sang (ou 0,4 mg par litre d'air expiré) constitue un délit : 

L'alcoolémie

C'est la quantité d'alcool pur contenu dans un litre de sang. A consommation égale, le taux d'alcoolémie est différent suivant les personnes en fonction : 

Exemple : il faudra 6 heures pour faire disparaître une alcoolémie de 0,6 g/ litre de sang, à une personne qui élimine 0,1 g/heure.
Diffusion de l'alcool dans le corpsL'alcoolémie est à son maximum une heure après l'absorption au cours d'un repas, et ¼ heure si vous êtes à jeun.
Elimination de l'alcoolLe foie élimine 95 % de l'alcool présent dans le sang. Il élimine à une cadence variable suivant les individus, c'est-à-dire entre 0,10 et 0,30 gramme par litre de sang et par heure.
Les effets de l'alcool
Après avoir consommé une boisson alcoolisée, l'alcool passe dans le sang et dans le système nerveux (cerveau). Les effets apparaissent sur le conducteur dès 0,3 g/l par litre de sang, c'est-à-dire en dessous du seuil réglementaire. Il provoque, entre autre, les effets suivants :Réduction du champ visuel - mauvaise appréciation des distances et des vitesses - troubles des gestes, de la marche, de l'équilibre - augmentation du temps de réaction - euphorie, agressivité, somnolence - prise de risques - altération des capacités de raisonnement. 

Sensibilisation à l’usage nocturne des cycles

Notre constat au quotidien est sans appel : le nombre de cyclistes dépourvus d’éclairage est trop important ! Environ 80% des cyclistes rencontrés (principalement des enfants ou adolescents), circulent la nuit ou par visibilité insuffisante sans éclairage. Se rendre visible est pourtant une condition élémentaire pour circuler en toute sécurité. Il est vital de se faire voir par les autres usagers ; principalement les automobilistes. Moins voyant que les autres véhicules du fait de son faible volume, le vélo doit être contrôlé et équipé d’accessoires éclairants.A vélo, l’essentiel est de bien voir mais surtout d’être vu. C’est le sens de cette campagne de sensibilisation, afin de faire prendre conscience aux cyclistes de tous âges, de l’importance d’un bon dispositif d’éclairage actif et passif dans leurs trajets quotidiens.Si en ville l'éclairage d'un vélo sert moins à voir son chemin (grâce à la présence massive de l’éclairage public) qu’à servir de signalisation dynamique, il ne doit pas être négligé comme le pensent encore trop de personnes.L’autre facteur constaté, est le trop grand nombre d’enfants qui vont à l’école à bicyclette dont l’éclairage est absent ou ne fonctionne pas. Le problème est d’autant plus sérieux l’hiver lorsque les arrivées et les sorties se font de nuit.
Équipements de sécurité obligatoires, quel que soit le type de cycle (ville, tout-terrain, etc.) 

en cas d’usage nocturne : 

Équipements facultatifs mais conseillés, voire indispensables : 

Nouvelle réglementationLe port d’un gilet de sécurité par tout conducteur et tout passager d’un cycle, hors agglomération, de nuit ou de jour lorsque la visibilité est insuffisante, est obligatoire. 

eZ Publish™ copyright © 1999-2019 eZ Systems AS